Publications et communications
Contributions écrites
Communication affichée
Journée Internationale des Jeunes Chercheurs, 17 Juin 2016, Nancy (France)

Aux frontières des disciplines 
Recherche et interdisciplinarité : quelles pratiques pour quels enjeux ?

Poster : "Étude sociolinguistique des rapports à la littératie des élèves allophones scolarisés dans le secondaire" 
Communications orales
Image : © 2016 Universite Centrale Privé de Tunis
Colloque international
EDUCA2017, 2-4 mars 2017, Tunis (Tunisie)

Inégalités : quelle contributions des "éducations à ..."?

Intervention : Dans quelle mesure l'éducation aux TIC permet de compenser l'hétérogénéité linguistique littéracique et numérique des élèves allophones dans le secondaire français. 

Symposyum - Staying on track, lutter contre le décrochage scolaire.
Symposium, Staying on track, lutter contre le décrochage scolaire, 8 juillet 2015, Belval (Lux.)

Adapter la méthode de Serge Boimare (Psychopédagogue) avec les élèves allophones

BOIMARE S. (2013),Ces enfants empêchés de penser, coll. Enfances, Dunod 
BOIMARE S.(2014), L'enfant et la peur d'apprendre, coll. Enfances, Dunod 

Colloques
Membre du comité de pilotage de la JIJC 2016
Journée Internationale des Jeunes Chercheurs, 17 Juin 2016, Nancy (France)

Aux frontières des disciplines 
Recherche et interdisciplinarité : quelles pratiques pour quels enjeux ?
 
 
Les doctorants de l'École Doctorale Stanislas organisent une Journée Internationale Jeunes Chercheurs à Nancy. Cette manifestation vise à favoriser la rencontre, la valorisation et l'échange des travaux de jeunes chercheurs de toutes disciplines. Dans la lignée de la précédente Journée Jeunes Chercheurs organisée le 28 mai 2015 (« Identités et Contextes »), cet événement revêt une envergure internationale, offrant aux doctorants et aux docteurs ayant soutenu dans l'année la possibilité d'échanger leurs réflexions autour de la thématique « Aux frontières des disciplines. Recherche et interdisciplinarité : quelles pratiques pour quels enjeux ? » 
 
Claude Lévi-Strauss a fondé l'anthropologie par le croisement de l'histoire naturelle, de la linguistique structurale, de l'ethnologie. Georges Duby et Jacques Le Goff ont permis un regard nouveau sur le Moyen-Âge à la lumière de l'économie et de la sociologie. Alfred Wegener a découvert la théorie de la dérive des continents en croisant des données géologiques et biologiques. Parmi d'autres, aujourd'hui en Lorraine, Tiphaine Obara appréhende les tumeurs cancéreuses par des équations mathématiques… 
 
Du geste ponctuel à l'émergence de nouveaux domaines, ces exemples de recherches et de découvertes sont nés de l'interdisciplinarité, par emprunts de concepts et de cadres de référence, croisements de méthodologies de recherche, ou hybridation tenant parfois du hasard. 
 
De fait, l'interdisciplinarité semble être aujourd'hui l'une des réponses que proposent les savoirs à un monde globalisé, aux contours flous et poreux, sujet au risque de l'illisibilité. Le cloisonnement des sciences opéré au XIXe siècle, garant alors d'excellence pour chacune d'elles, confine désormais à l'hyperspécialisation, elle-même porteuse d'un risque de sclérose. Cette « pensée simplifiante » décrite par Edgar Morin se révèle en effet « incapable de concevoir la conjonction de l'un et du multiple », car « elle unifie abstraitement en annulant la diversité. Ou au contraire, elle juxtapose la diversité sans concevoir l'unité « (Edgar Morin, La Pensée complexe, Seuil, Paris, 2006, p. 19). 
 
Dès lors, comme par un retour de balancier, les disciplines se décloisonnent, empruntent les unes aux autres concepts ou paradigmes pour développer leurs propres objets d'études. 
 
Par ce métissage, elles se complexifient, se régénèrent, donnent naissance à d'autres disciplines - ces dernières perpétuent leur dynamique de recherche et d'action sans être jamais réductibles aux savoirs qui les ont engendrées. 
 
Confronter des approches différentes, amener les spécialistes de divers domaines à dialoguer, mais aussi laisser à chacun un droit de regard sur le savoir, cela peut être une manière efficace d'explorer le monde et de le décrypter, de l'interpréter et d'agir sur lui. 
 
S'interroger sur la manière dont se pose - et pourrait être résolu - le « défi de la globalité » à la fragmentation des savoirs et techniques, c'est mettre en question la pertinence actuelle de lignes de fractures telles que celle qui oppose, par exemple, culture des humanités et culture scientifique. Plus largement, c'est aussi s'interroger sur les modalités d'accès au savoir, qui ne serait plus l'apanage du spécialiste, de l'élite scientifique, mais celui du débrouillard, du bricoleur, que la curiosité et la soif de connaissance amènent à éprouver la porosité des frontières disciplinaires. Ces deux valeurs sont indissociables de l'humilité qui transparaît dans cette pensée, attribuée par Edgar Morin à Jacques Labeyrie : « quand on ne trouve pas de solution dans une discipline, la solution vient d'en dehors de la discipline » (Edgar Morin, « Sur l'interdisciplinarité », 1990)… 
 
Cette Journée Internationale permettra aux jeunes chercheurs de porter un regard distancié sur leurs actes de recherche, leurs méthodologies, et de s'interroger sur leur place dans la société, tout en éclairant et contextualisant la notion d'interdisciplinarité.

Représentation de l'ATILF / CNRS au colloque du CESE
Conseil économique social et environemental, 18 Octobre 2017, Paris (France)

Langue française et cohésion sociale : enjeux actuels et stratégies d'action
 
" Cohésion sociale, crise migratoire, illettrisme et emploi, formation professionnelle, sont autant de sujets d’actualité que traverse la question de l’accès de tous à la lecture, à l’écriture et à la maîtrise de la langue française. 
Or, dans notre pays, 6 millions de personnes ne maîtrisent pas suffisamment le français pour accomplir seules les démarches de la vie quotidienne ou s’insérer durablement sur le marché du travail, dont 3 millions sont en situation d’illettrisme. A travers ce colloque, le Délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale souhaite donner la parole aux acteurs en capacité de décoder les enjeux politiques, économiques et sociaux des questions linguistiques. 
Leurs propositions, comme celles des conseils économiques, sociaux et environnementaux (CESER), interrogent aujourd’hui les stratégies nationales et territoriales. Dans ce contexte, une nouvelle conception de l’action publique autour de la langue française doit se faire jour. Rompre avec les logiques sectorielles, permettre à chacun d’accéder aux savoirs de base et de développer ses compétences, faire du plurilinguisme et de la francophonie des atouts, tels sont les défis à relever pour penser une politique linguistique globale au service du développement économique et social de notre pays et de ses t
erritoires. "

Thierry Lepaon, 
Délégué interministériel

Contact
Vous voulez en savoir plus ? Vous pouvez me contacter par ce formulaire.
ENVOYER
ADRESSE DE CONTACT

julie.zuddas@univ-lorraine.fr 
 
Université de Lorraine 
Campus Lettres, Sciences Humaines et Sociales
ATILF/CNRS 
44 bd Albert 1er - BP3397 
54015 Nancy Cedex 

©2016 - OPENELEMENT Julie PRéVOST-ZUDDAS